Les réseaux anonymes de l’Internet : partie 0

Dans le cadre d’un projet à Télécom Lille 1, Thomas Coutanceau et moi même avons eu la chance de travailler sur l’anonymat sur Internet. Voici le premier post des quatre qui reprendront ce dossier.

A l’heure où la problématique de l’identité numérique devient un sujet d’actualité brulant, des personnes travaillent à anonymiser leur activité sur le Réseau des réseaux : Internet. Cependant, leurs travaux répondait alors à des besoins a priori, sans rapport avec celle-ci.

En effet, les réseaux alternatifs, communément appelés darknets, s’attachent à pallier les dérives d’un Internet de plus en plus centralisé.

Il s’agit avant tout de lutter contre la censure. Il est très facile aujourd’hui de compromettre la visibilité d’un site web et donc celle d’un mouvement ou d’une idéologie. Avec la pression exercée par le gouvernement français sur l’hébergeur OVH du site Wikileaks et l’arrêt de la fourniture d’un hébergement par Amazon, nous avons ici un bon exemple de facilité de censure offerte par un réseau sur lequel tout est identifiable. En second lieu, vient la protection de la vie privée. Des conversations comme celles que l’on peut avoir sur les chats ou les IRC sont traçables et bien souvent de manière triviale. Ce n’est donc pas uniquement l’affaire de personnes qui pourraient être légalement inquiétées de leur activité numérique. Bien sûr, il serait faux d’affirmer que ces réseaux ne constituent pas un refuge pour les pirates, les pédophiles et autres protagonistes tout aussi sympathiques.
Le but principal restant le respect de la vie privée dans un contexte où sa légitimité est de plus en plus remise en question. Il suffira de lire les opinions du créateur de Facebook Mark Zuckerberg ou encore ceux du PDG de Google :
« Si je regarde une quantité suffisante de vos messages et de vos points de localisation, que j’utilise l’intelligence artificielle, nous pouvons prédire où est-ce que vous vous apprêtez à aller… Montrez-nous 14 photos de vous et nous pouvons identifier qui vous êtes. Vous pensez que vous ne disposez pas de 14 photos de vous sur Internet ? Vous avez des photos sur Facebook ! »

La suite des explications sur les réseaux Freenet, TOR et I2P à venir bientôt.

Plus d’info sur le blog d’Adrian Crenshaw.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s