Deux semaines d’actualités, partiellement résumées (et c’est déjà pas mal !)

A l’ère de l’instantané, l’actualité s’affole elle aussi. Commençons par un état des lieux non-exhaustif de ces deux dernières semaines :

– Le débat sur la laïcité (tué dans l’œuf ?),
– Le remaniement ministériel,
– La montée de marine,
Bénéfices inavouables pour les actionnaires des entreprises du CAC 40,
– Scandale du médiator,
– Affaire Renault,
inflation française en hausse.
Economie :

– Dégradation des dettes grecque et espagnoles,
record du prix de l’or,
et de l’or noir,

“Les restes du monde” :
– Côte d’Ivoire, le problème persiste,
– Tunisie, c’est bien parti,
– Egypte, retour à la source ? Vive l’armée ?
– Sud soudan : une indépendance qui peine à se mettre en place,
– Bahreïn,
– Lybie,
– Japon…

Ouch ! Non-exhaustif mais déjà bien chargé.

A trop en savoir, on en oublierait presque de se poser pour prendre un peu de recul. Je vous invite donc à nous accorder ce luxe.

La communication de l’UMP : improvisation, improvisation !

La majorité en déroute cherchait un vent de fraicheur, elle n’a finalement récolté que les relents d’un passé peu glorieux. Le front national vient de battre son record aux cantonales, il est plus fort que jamais. La cacophonie qui règne à l’UMP entre certains grands noms et Sarkozy sur les consignes de votes, vient elle aussi élargir le sourire de marine.

Des aberrations devenues trop fortes

La crédibilité de notre modèle économique prend un sérieux coup dans la tronche. Alors que quelques-uns continuent de tirer des profits astronomiques d’un monde qui sort d’une de ses plus grandes crises (cherchez l’erreur). Pour la fiance, les solutions sont simples et connues, profitons d’un peu de pédagogie financière :

http://www.taxerobindesbois.org/

Enfin, d’autres meurent de la prise de médicaments mortels. Le contraste est saisissant.

En résumé, à ma droite, on nous explique que l’économie repart et qu’il faut continuer de fournir des efforts en admettant que l’état providence n’est plus tenable. A ma gauche, on est de plus en plus « flexible », les services publics qui nous permettent de vivre sont mis à mal et notre nourriture vendue par les premiers nous tue à petit feu (heureusement, les médicaments nous soignent…).

Grâce à l’étouffement de la contestation par nos gouvernements, ils continuent

Les manifestations n’ont rien données, l’austérité est passée. Pour répondre aux prérogatives des banques, les gouvernements ont dit « oui ! » aux coupes budgétaires. Au niveau européen, Malgré tous les efforts pour sortir la Grèce et l’Espagne de la mouise, les notes de leurs dettes ont été abaissées. Cela signifie que le montant à rembourser s’est alourdi. D’autre part, devant leurs incapacités à rembourser, c’est à leurs partenaires d’assumer le poids de cette prétendue insolvabilité. Bah oui, d’autres sont prêt à payer alors pourquoi se priver ? Les PIGS (Portugal, Italie, Grèce, Espagne) deviennent pour un temps, l’extrémité du tuyau de la pompe à fric des grandes banques. Belle performance !
Parallèlement, sous couvert de printemps arabe, les prix du pétrole et des matières premières augmentent. Tous les prétextes sont décidément bons pour spéculer.

Le printemps arabe, un mirage révolutionnaire ?

Chez nous, peuple de la révolution, on aime bien quand d’autres lèvent le poing. Pas parce qu’on a oublié comment faire (quoi que) mais parce que nous sommes des gens compatissants, scandalisés de constater que d’autres n’ont pas le droit à un modèle de liberté comme le nôtre.
Bizarrement, ce n’est pas la première fois qu’il nous ait donné de pleurer tous en cœur. Un autre peuple que nous connaissons bien est révolté depuis des années, les algériens. Eux aussi ont un dictateur, eux aussi ont des hydrocarbures (98% de leurs exportations) mais la stabilité du pays n’est, elle, pas menacée et c’est toute la différence. Pour rappel, la Lybie c’est 3% de la production de pétrole mais surtout la 3e réserve mondiale. Total est le premier exploitant pétrolier du pays. La coalition et l’Arabie Saoudite soutiennent le peuple. Dans le même temps, ne trouvez-vous pas étrange que l’armée saoudienne envoie des forces à Bahreïn pour soutenir le régime en place ? Que la communauté internationale ne lève pas le petit doigt ?

Quelle conclusion, à ces deux semaines ?

En regardant la situation mondiale d’un peu plus près, on comprend donc que c’est quand même un beau merdier. La deuxième chose, c’est l’intensité des incohérences auxquelles nous sommes confrontées. Toute cette panique résulte d’un état d’urgence qui a trouvé racine dans une société devenue hors de contrôle. Comme pour le nucléaire, il ne s’agit pas de remettre en question une parcelle de celle-ci, c’est tout un ensemble qui est à repenser.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s