250 000 anglais dans la rue samedi dernier, et nous ?

L’occident s’éveille, enfin ! Samedi 26 mars à Londres, a eu lieu un évènement historique. Plus de 250 000 personnes se sont données rendez-vous pour dire non aux coupes budgétaires du gouvernement. Vous n’en avez pas entendu parler ?

Les Anglais étaient très impressionnés du mouvement français pendant la réforme des retraites, depuis ils sont passés à l’action. Chez nous, plus rien.

La Trade Union Congress « TUC », l’union des syndicats britanniques, a organisé cette grande manifestation en réponse aux moyens que le gouvernement a imposé pour répondre à la crise. Comme chez nous, il réduit fortement les dépenses publiques pour rembourser la dette du pays. Fondée sur des prêts consentis par les détenteurs d’un stock d’argent qui n’existe pas, l’austérité elle, est bien réelle.

Ne nous y trompons pas, la révolution ne viendra pas de Facebook.

Ce média participatif ne véhicule pas dans nos pays développés une once de révolution. Il ne le fera jamais sans un profond changement de société. On y trouve pourtant des mouvements alternatifs ainsi que de nombreuses personnes soucieuses de l’environnement et de notre bien-être. Noyés dans les LolCats et autres tests, ils participent au semblant d’hétérogénéité voulu par ce média. Mais dans une société hyper médiatisée, articulée autour de processus électoraux rigides, il n’est pas possible de voir éclore une contestation forte grâce un média qui est lui anarchique.

La réponse doit venir du peuple.

En France, comme aux USA et comme en Angleterre la voix du peuple est institutionnalisée. Elle est représentée par les syndicats et il paraîtrait même, par les partis politiques. Avec plus de 50% d’abstention aux élections cantonales, la désillusion n’est plus à prouver. Grâce à une énorme machine de communication, la présidentielle conserve, elle, un certain plébiscite. Paradoxalement, alors qu’a 14 mois de celle-ci, le match a déjà largement commencé, c’est l’élection qui a l’effet le plus indirect pour nous, prolos.

Le président est là uniquement pour garantir le bon fonctionnement des institutions. Dans un système de délégation de pouvoir efficace, il pourrait être élu indirectement.

Vous êtes aussi inquiets de la tournure des évènements sociaux-économiques actuels. Comme les anglais, ne serait-ce que vis-à-vis des générations futures, nous devons nous réapproprier la portée de notre voix et plus seulement électoralement. Alors, vous êtes prêts ?

Photo : Londres le 26 mars 2011 (via Facebook)
Quelques liens sur ces protestations anglaises.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s